Par Elio

2017-11-09 Huancane

Après notre pause vélo sur les îles du lac Titicaca, on est reparti à vélo de Huancane avec objectif d’arriver pas trop tard à Moho (gros village à 40-45 km de Huancane). Peu après qu’on soit parti on a commencé à monter pour arriver en haut d’une colline. Arrivés en haut, on est redescendu avec une vue du lac Titicaca sur notre droite. On a encore pédalé un peu puis on s’est arrêtés manger abrités par une maison. On s’est fait un super sandwich avec en dessert, des chocolats avec de la noisette dedans. L’après-midi a été plus difficile que la matinée car on a dû monter jusqu’à 4100 mètres d’altitude sachant qu’on était à 3800 au bord du lac Titicaca et que la montée pouvait être raide.

Arrivés à 4100, on est redescendu jusqu’à Moho où on s’est arrêté à la place principale pour essayer de trouver une auberge/hôtel. Les gens se sont peu à peu regroupés autour de nous: maman, Mia et moi (papa, Siloé et Nils cherchaient l’auberge). Ils nous posaient des questions et nous proposaient en rigolant d’échanger Mia contre une petite fille qui était avec eux. Papa et sa team sont revenus, nous indiquant l’auberge où on allait dormir. Lorsqu’on avait fini de tout rentrer, papa est sorti acheter de quoi faire des pâtes avec une sauce aux légumes. On a mangé puis on est allé se coucher.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_2e30
Nils est de vaisselle !
UNADJUSTEDNONRAW_thumb_235c
Le no man’s land, 15km entre Pérou et Bolivie, sur fond de Titicaca

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_2335

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_2369
Titicaca, 3800m d’altitude, et ses eaux bleues intenses (et fraiches)

2017-11-10 Moho

Avant de partir, quand papa est allé remplir la bouteille d’essence pour le réchaud, j’ai joué avec Nils et Mia dans le parc de la place centrale. Lorsqu’on a rejoint la grande route, qui était peu utilisée par les voitures et camions, on est passés entre deux petites falaises puis on est descendu jusqu’au lac Titicaca. Quand on l’a aperçu derrière la petite colline, l’eau du lac était d’un bleu clair magnifique. On a continué à pédaler, voyant des plages de haut, passant au milieu de champs et à côté de terrain de foot avec des gens qui nous disaient de venir jouer avec un grand sourire.

Enfin, on s’est arrêtés manger sur la place principale d’un village où les trois filles sont parties acheter de quoi manger pour midi et pour le soir. Vingt/trente minutes plus tard, elles sont revenues avec en première Mia qui courait devant en criant qu’elle avait trouvé des saucisses dans une grande boutique qui avait de tout. Effectivement, on avait de quoi se faire un bon sandwich et des lentilles avec des saucisses pour le soir. On a donc mangé puis on est reparti de ce village assez tranquille. On a encore pédalé une dizaine de km puis on s’est arrêté faire une pause pour se reposer. Maman en a profité pour nous dire qu’elle avait mal au dos. On a donc été raisonnable et on s’est arrêté avant d’arriver en Bolivie dans un village où on a dormi dans une auberge.

2018-11-11 Tilali

On est parti du village Tilali près de la frontière après être passé à la “Migration” pour nous faire tamponner la sortie du Pérou. On a pris un chemin en terre qui montait beaucoup plus longtemps que ce qu’on nous avait dit. Mais la vue sur le lac arrivé à mi chemin était magnifique :

Arrivés tout en haut, on est redescendu sur une piste raide et avec des cailloux. J’ai été le seul à l’aimer car j’ai un VTT et j’ai pas de sacoche avant. Arrivé dans le village en bas de la piste, on a mangé notre premier repas en Bolivie qui ne fut pas si mal. Ensuite on est reparti et on s’est arrêté au bout d’un km pour se faire tamponner l’entrée en Bolivie. On a encore pédalé quelques km puis papa a crié: cycliste ! En effet il y avait un vélo chargé à côté d’une maison. C’était un brésilien qui était parti déjà il y a 2 ans. Il était très sympa et il aimait discuter. Il nous a proposé de dormir avec lui chez une famille locale très gentille qui nous a tous logé et donné accès à l’eau. On a discuté, mangé ensemble le repas du soir puis on est allé se coucher.

Bilan Pérou, holà Bolivie (par Marion)

Nous sommes entrés au Pérou par la petite porte. Petite frontière tranquille de Zumba après une 15aine de km de piste difficile qui laissait présager la suite. Nous sommes servis. Relief ardu et chaleur moite sans grand confort même dans les villages traversés. Nous traversons des paysages fabuleux mais souffrons en même temps du climat humide et chaud. Les nuits sont souvent précaires et les denrées rares et peu variées. Bref vous l’aurez compris le Pérou ne fait pas l’unanimité. Puis viennent les villages mythiques de Chachapoyas et Cajamarca qui ont fait la grandeur du peuple Inca et les yeux s’agrandissent, s’ébahissent. Nous sommes sous le charme. Le Pérou n’est plus seulement un pays de poussière et de misérables villages mais aussi de beauté et de grandeur. Le Pérou c’est tout et son contraire. Cusco nous envoûte, Le Machu Picchu nous bluffe, le Titicaca nous séduit. Nous garderons un bilan ultra positif du Pérou alors que les débuts furent difficiles. L’altiplano avec son relief doux et ses gens accueillants nous laisseront un souvenir bienveillant et fascinant de cette expérience Péruvienne. C’est avec un peu d’inquiétude et d’appréhension que nous entrons par une autre petite porte en Bolivie, qu’on nous a décrite comme pauvre et sale, mais nous savons aussi que les informations collectées sont parfois trompeuses et trompées. L’excitation est donc à son comble.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_271b
De la piste de montagne, en montée, puis en descente… La Bolivie se mérite…!
UNADJUSTEDNONRAW_thumb_2be2
Bienvenidos en Bolivia. Les douaniers collectionnent les photos des cyclo-touristes de passage par ce poste perdu !

 

We entered Peru by the small door. Small and calm Zumba border after a 15 km of difficult track which foreshadowed the continuation. We are served. Arduous relief and moist heat without much comfort even in the villages crossed. We cross fabulous landscapes but suffer at the same time from the humid and hot climate. The nights are often precarious and the food is rare and little varied. In short you will understand Peru is not unanimous. Then come the mythical villages of Chachapoyas and Cajamarca that made the greatness of the Inca people and the eyes widen are amazed. We are under the spell. Peru is no longer just a country of dust and miserable villages, but also of beauty and grandeur. Peru is everything and its opposite. Cusco captivates us, Machu Picchu surprises us, Titicaca seduces us. We will keep an ultra positive record of Peru while the beginnings were difficult. The altiplano with its gentle relief and welcoming people will leave us a benevolent and fascinating memory of this Peruvian experience. It is with a little worry and apprehension that we enter through another small gate in Bolivia, which has been described as poor and dirty, but we also know that the information collected are sometimes deceptive and misleading. The excitement is at its height.